2021年8月24日 星期二

盧嘉珈序(《麗璧軒隨筆》文集)

前    言

從我孩提時代起,我父親就將他對地理和歷史的熱愛傳遞給了我。我親愛的學者爸爸是一本活的百科全書。我們從未對他感到厭煩,因為他可以向我們講述任何國家的歷史、文化、宗教、人口和經濟。一想到牆上的1984 年國家地理世界大地圖,都是經我父親標註的,隨著地緣政治局勢的變化而不斷更新,我的臉上不禁笑了起來。因此,當我們在書店裡看到地球儀時,我們很高興立刻發現錯誤。

很顯然,他對旅行的熱情是他渴望學習的必然結果。事實上,長期以來,他一直與世界各地的朋友交往,以蒐集他們的郵票和硬幣。除了已經掌握七種語言外,他還通過錄音帶學習了西班牙語、意大利語和俄語。最近,他甚至去YMCA上課學習韓語和日語。

所以,我父母的愛情故事是在香港機場開始的,這一點也不奇怪。雖然他們從初中就認識了,但由於航班延誤,他們的未來被永遠定格了。從那時起,我的父母相隔萬里,互相通信 1,000 多封,直到最後結婚並開始在加拿大共同生活。

雖然近20年都不能坐飛機,但由於種種原因,父親始終保持著對旅行的熱愛。當我一歲半的時候,我們從愛民頓搬到滿地可,他駕車穿越整個加拿大。在 Thunder Bay 和 Sault-Sainte-Marie 之間的路上,我父親可以告訴你很多驚險經歷!現在,作為一個媽媽,我無法想像在後座上有一個尖叫的蹣跚學步的孩子能度過這段漫長的四千多公里旅程!

我最美好的回憶之一仍然是我們在安大略省的公路旅行。我們在倫敦(安大略而不是英格蘭!) 結束了我們的假期,不知道我們的最終目的地是什麼!事實上,我們全家人只憑著一本簡單的地圖集,沒有任何其他關於我們的膳食和住宿的計劃。我們花時間在陌生的地方停下來,如圭爾夫、基奇納、滑鐵盧,探索它們。在每一站,我們都確保帶著明信片離開,當然還有幾張家庭照片。多年來,這一直是我們所有公路旅行的慣常做法,無論是前往加斯佩半島還是經過東部城鎮。對於我們一家來說,沒有平凡的旅行,只有每次都令人興奮的冒險。我們可以參觀魁北克老城 50 次,並在探索它的許多樓梯中找到同樣的樂趣。

每次旅行對我的父母來說都是非常寶貴的,因為這總是一個與他們的朋友和家人重新聯繫的機會。 2009年和大伯在越南的重逢非常感人,這是父親40年來第一次和哥哥重逢,也是最後一次和哥哥一起喝酒。

2010年,母親和妹妹陪同父親到台灣,父親在世界詩人大會上獲得榮譽文學博士學位。我無法用言語來表達我為父親取得的成就之自豪感,他的辛勤工作最終得到了全球的認可。直到今天,我仍後悔錯過了我父親和我們家人生命中的這個重要時刻。我希望很快將有機會陪父親參加他的詩人大會,並看到他在其詩詞銀河中閃耀,發光發亮。

在過去的十年裡,我的父母增加了他們在國外的逗留時間,並遊覽了北美、歐洲和亞洲的 35個城市。雖然我媽媽在每個城市的當地雜貨店逛得很開心,但我爸爸在旅行前、旅行中和旅行後學習,確保不會錯過任何細節。事實上,他每天都嚴格地寫日記,描述他的行程、用餐和回憶(包括價格!),而且還配上一首詩。每次他們旅行歸來,全家人都會聚在一起觀看他們的數千張照片和視頻。如果我們中的任何人聽著我父親的講話睡著了,他會毫不猶豫地重複一遍,以確保我們不會錯過任何一個故事。

就像我父親一樣,當我去度假的時候,我會研究這個國家並寫下我所有的旅行指南,這樣我才能在到達目的地之前吸收歷史並了解當地文化。自從我開始工作以來,我還沒有機會和父母一起“大”旅行。 2020年春天,我們原計劃一起去日本,但因新冠疫情全球大流行而擱置了。有一件事是肯定的,這只是延期!在我們下一次家庭旅行之前,我很高興將這種來自外公的求知慾傳遞給 Amelia可兒 和 Mathis樂兒,讓他們反過來也能以同樣的奇蹟體驗這個世界。

聖奧古斯丁說:「世界是一本書,不旅行的人只讀了其中的一頁。」謝謝你,爸爸,讓我想讀整本書,先從你的 8 本書開始。

我愛你爸爸!

盧嘉珈
2021.08.24於滿地可

Foreword

Dès ma tendre jeunesse, mon père m’a transmis son amour pour la géographie et l’histoire. Mon cher papa érudit est une encyclopédie vivante.  On ne s’ennuyait jamais avec lui puisqu’il pouvait nous entretenir sur l’histoire, la culture, la religion, la démographie et l’économie de tous les pays.  J’ai le sourire aux lèvres dès que je pense à la carte du monde murale National Geographic datée de 1984 toute annotée de mon père qui a été mise à jour au fur et à mesure que la situation géopolitique changeait. De ce fait, lorsque nous voyons un globe terrestre dans les magasins, nous avions un plaisir malin de repérer les erreurs.

Naturellement, sa passion du voyage est corollaire à sa soif d’apprendre. D’ailleurs, pendant longtemps, il s’était lié d’amitié avec des correspondants partout dans le monde afin de collectionner leurs timbres et leur monnaie. En plus de déjà maîtriser sept langues, il avait appris l’espagnol, l’italien et le russe grâce à des cassettes audio.  Récemment, il a même pris des cours au YMCA pour apprendre le coréen et le japonais. 

Il n’est donc pas surprenant que ce soit à l’aéroport de Hong Kong que l’histoire d’amour de mes parents a débuté.  Bien qu’ils se connaissait depuis le secondaire, c’est grâce à un vol retardé que leur avenir a été scellé à tout jamais.  À partir de ce moment, mes parents se sont échangés plus de 1000 lettres avant qu’ils se marient et débutent leur vie ensemble au Canada.

Bien qu’il n’ait pas pu prendre l’avion pendant près de 20 ans, pour toute sorte de raisons, mon père a toujours conservé sa flamme pour les voyages.  Lorsque nous avions déménagé d’Edmonton à Montréal, il en avait profité pour faire un voyage pancanadien en auto alors que j’avais juste 2 ans.  Il pourrait vous en dire long sur la route entre Thunder Bay et Sault-Sainte-Marie!  À présent, étant moi-même maman, il est inconcevable pour moi de survivre à ce long périple avec un tout-petit qui crie à tue-tête sur le siège arrière!

Un de mes plus beaux souvenirs demeure notre roadtrip en Ontario.  Nous avions terminé nos vacances à London (Ontario et non Angleterre!) sans savoir quelle serait notre destination finale! En fait, nous étions partis toute la famille avec un simple atlas en main et sans aucun autre plan ni pour nos repas ni pour notre hébergement.  Nous avons pris notre temps et nous nous sommes arrêtés à des villes qui nous étaient inconnues telles que Guelph, Kitchener, Waterloo pour les découvrir.  À chaque arrêt, on s’assurait de repartir avec une carte postale et bien entendu, plusieurs photos de famille. Pendant de nombreuses années, ce fut notre modus operandi pour tous nos roadtrips, que ce soit vers la Gaspésie ou à travers les Cantons-de-l ’est.  Pour notre famille, il n’y avait pas de séjour anodin mais seulement une aventure excitante à chaque fois.  Nous pouvions visiter 50 fois le Vieux-Québec et y trouver le même plaisir à explorer ses nombreux escaliers.

Chaque voyage est très précieux pour mes parents puisque c’est toujours une occasion pour renouer avec leurs amis et famille.  En 2009, les retrouvailles avec mon oncle au Vietnam ont été fortes d’émotion puisque c’était la première fois en 40 ans que mon père retrouvait son frère mais également la dernière qu’il pourra trinquer un verre avec lui.  

En 2010, ma mère et ma sœur ont accompagné mon père à Taiwan lorsqu’il a reçu son doctorat honoris causa lors du World Congress of Poets.  Je n’ai pas de mots pour exprimer ma fierté de cet accomplissement pour mon père.  Finalement, son dur labeur été reconnu et ce, à un niveau mondial.  À ce jour, je regrette d’avoir manqué ce moment marquant dans la vie de mon père et notre famille. J’espère que bientôt j’aurai l’occasion d’accompagner mon père dans l’un de ses congrès de poésie et le voir briller dans son élément.

Au cours de la dernière décennie, mes parents ont multiplié leurs séjours à l’étranger et ont visité plus 35 villes à travers l’Amérique, l’Europe et l’Asie.  Alors que ma mère s’amuse à visiter les épiceries locales de chaque ville, mon père étudie avant, pendant et après ses voyages et s’assure de ne pas manquer aucun détail. En fait, il tient avec rigueur un journal quotidien décrivant son itinéraire, ses repas et ses souvenirs (avec les prix!), le tout accompagné d’un poème.  À chaque retour de voyage, toute la famille se réunie pour visionner leurs milliers de photos et vidéos.  Si jamais l’un d’entre nous s’endormait l’exposé de mon père, il n’hésitait pas à reprendre afin de s’assurer qu’on ne manque aucun récit.

Tout comme mon père, lorsque je pars en vacances, j’étudie sur le pays et j’annote tous mes guides de voyage afin de m’imprégner de l’histoire et de comprendre la culture locale avant d’arriver sur place.  Depuis que j’ai commencé à travailler, je n’ai pas encore eu l’occasion de me joindre à mes parents pour faire un « grand » voyage.  Au printemps 2020, nous avions planifié de partir tous ensemble au Japon mais la pandémie mondiale en a décidé autrement.  Chose certaine, ce n’est qu’une partie remise! D’ici notre prochain voyage en famille, je m’amuse à transmettre cette curiosité intellectuelle de GongGong à Amelia et à Mathis afin qu’ils puissent, à leur tour, découvrir le monde avec le même émerveillement.

Ste-Augustine dit : “The world is a book and those who do not travel read only one page.”  Merci Papa de m’avoir donné le goût de lire tout le livre et débutant d’abord avec tes 8 tomes.

Je t’aime Papa!

Selena Lu
Montréal, le 24 août 2021